Représentations du mythe de Danaé et Jupiter

Les amours de Jupiter ont constitué une grande source d’inspiration dans l’art depuis l’Antiquité. En effet, Jupiter, peu fidèle à son épouse Junon, vit de nombreuses aventures, tant avec des créatures divines qu’avec des mortel(le)s. Danaé fait partie de l’une de ses nombreuses conquêtes. Sur le plan iconologique, ce sujet nous intéressera pour les différentes approches à travers lesquelles les artistes ont représenté cette Danaé. De l’allégorie de la femme chaste et pudique à celle de la femme corrompue, les artistes ont interprété Danaé selon des morales différentes, héritées de l’époque médiévale. C’est à travers trois peintures des artistes Jan Gossaert (dit Mabuse), Rembrandt et Hendrick Goltzius, que nous étudierons quelques aspects de ces différentes façons d’aborder ce mythe dans la peinture du nord.

     I.         Le mythe de Danaé : l’histoire et les conventions iconographiques

    1.         Le mythe

L’histoire de Danaé est tirée de la mythologie grecque. Elle a été reprise par Ovide, qui en parle très brièvement dans le chapitre IV des Métamorphoses, et a aussi été contée par un certain nombre d’autres auteurs de l’Antiquité. Le mythe relate que Danaé, fille d’Acrisios, roi d’Argos, a été enfermée par celui-ci après qu’il ait consulté l’oracle de Delphes, qui lui prédisait que son petit fils le tuerait et le détrônerait. C’est ainsi qu’il fait enfermer sa fille unique dans une tour d’airain, afin que personne ne puisse s’unir à elle. Mais Jupiter tombe amoureux de la princesse et se change en pluie d’or pour pénétrer dans la tour et la féconder sous cette apparence. De cette union naîtra Persée. Acrisios, refusant de croire à l’intervention d’une divinité, enferme Danaé et son fils dans un coffre qu’il jette à la mer. Ils seront sauvés par des pêcheurs.

    2.         Attributs et conventions iconographiques

L’attribut principal de cette scène est, bien entendu, la pluie d’or de Jupiter. Celle-ci peut aller de la brume dorée, en passant par la cascade de fins grains d’or, jusqu’à une averse de pièces d’or. Jupiter, quant à lui, est rarement représenté sous sa forme anthropomorphe. Toutefois, on retrouve dans certaines représentations son attribut principal : l’aigle. Danaé est souvent peinte allongée ou à demi-allongée sur un lit, la plupart du temps nue et dans une position consentante. Parfois, la servante de Danaé peut être représentée avec elle, l’aidant à ramasser les pièces d’or. Cupidon peut également assister à la scène.

   II.         Les approches iconologiques

Danaé peut être interprétée sous deux angles différents. Comme l’explique Panofsky dans l’ouvrage Titien. Questions d’iconographie, le Moyen Age donnait à ce mythe une interprétation morale. Pour certains, Danaé représentait la femme pudique, enfermée dans une tour, devenant un symbole de chasteté. Pour d’autres, Danaé pouvait représenter la femme corrompue, qui avait vendu sa pudeur pour de l’argent.

    1.         La Danaé allégorique de la chasteté

Danaé, au Moyen Age, a fréquemment été perçue comme un symbole de la femme chaste et pudique. On l’a d’ailleurs souvent considérée comme la préfiguration de la Vierge Marie. Enfermée dans sa tour, la jeune femme a, tout comme Marie, été fécondée par le divin de façon surnaturelle, sans avoir commis le « péché de chair », et a donc conservé sa virginité. Jan Gossaert avec sa Danaé reprend l’iconographie de la Danaé « pudique » médiévale. Dans cette œuvre, Danaé, enfermée dans sa tour, est vêtue d’un manteau bleu. Cette couleur coûteuse a longtemps été réservée pour peindre le vêtement de la Vierge Marie. Ce manteau glisse de l’épaule de Danaé, dévoilant pudiquement un seul de ses seins. Sa position assise et modeste rappelle celle de la Vierge lors de l’Annonciation. Son visage est tourné vers la pluie d’or, formée de minuscules gouttelettes, dans une expression d’acceptation et de gratitude.

    2.         La Danaé allégorique de la femme corrompue

La figure de Danaé a également personnifié la femme corrompue, ayant vendu son corps pour de l’argent.

Dans sa Danaé, Rembrandt représente la jeune femme allongée et met en avant sa sensualité. Danaé semble offrir sa nudité, dans un geste d’accueil, au visiteur qui arrive. Sa chambre est luxueuse, avec un lit à baldaquins à l’armature d’or, bordé d’épais rideaux taillés dans un beau tissu. Une nappe brodée de fils dorés recouvre une petite table de nuit. La femme a soulevé son drap et laisse voir son corps idéal, qui ressemble à la Vénus allongée dans les peintures vénitiennes, dans l’attente de l’homme. Elle porte sur son bras de précieux bracelets de perles et de fleurs rouges. Cette représentation de Danaé contraste grandement avec celle de Jan Gossaert. La position de Danaé est très suggestive. Rembrandt n’a pas représenté de pluie d’or, qui pourtant est l’attribut courant pour cette scène. Mais le visiteur porte un sac d’or dans sa main. On peut supposer qu’il incarne Jupiter. L’image que donne Rembrandt est celle de la femme qui vend son corps pour de l’argent. Cupidon regarde Danaé en grimaçant, désapprouvant le comportement de la jeune fille. Alors que Rembrandt a peint relativement peu de femmes nues dans son œuvre, il semble ici le faire pour symboliser l’impudeur de la femme déchue.

Dans le tableau Danaé et Zeus sous la forme d’une pluie d’or, Hendrick Goltzius met en avant la cupidité. Karel Van Mander, contemporain de Goltzius, écrit dans Le livre des peintres à propos de cette œuvre « L’or désiré et aimé est partout vainqueur ». Le tableau représente une Danaé évoquant la volupté. Elle est endormie sur un lit désordonné, autour duquel sont disposés de grosses pièces d’or, des petits chaussons luxueux, une sorte de coupe en or et un coffre rempli de monnaies et de bijoux. Autour de Danaé volettent des Amours, les uns ouvrant ses rideaux, les autres semblant lui promettre des cadeaux : le bijou que l’un agite et la lourde bourse que l’autre porte. La vieille femme interpelle Danaé, tandis que l’homme placé derrière elle, Mercure — reconnaissable grâce à son caducée et son pétase (casque ailé) — signale du doigt l’arrivée de l’aigle de Jupiter. Ces deux personnages paraissent ainsi jouer le rôle des proxénètes vendant le corps de Danaé au Dieu Jupiter. C’est donc la femme corrompue que semble également représenter l’artiste Hendrick Goltzius.

Conclusion

            A travers ces trois exemples, nous avons pu voir les deux interprétations morales que peut prendre ce mythe dans l’iconographie de la peinture du nord. Elles sont l’héritage de l’époque médiévale. Ce sujet a inspiré de nombreux autres artistes en Europe et à diverses époques, comme par exemple Titien, Tintoret et Corrège en Italie, mais signalons aussi les Danaé des artistes néerlandais Jacob et Jan Van Loo, ou encore celle du peintre suédois Wertmiller. Ces représentations de Danaé n’ont pas toutes été créées dans cet esprit d’allégorie morale. Pour certains, ce sujet a sans doute été prétexte à représenter une femme nue sur un lit, dans une position d’attente.

Maya Ros Blasco

Bibliographie

Ouvrages :

Articles :

  • Robert DAVREU, « PERSÉE», Encyclopædia Universalis, consulté le 18 avril 2015.

Sites :

Publicités
Cet article, publié dans Motifs et thèmes iconographiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Représentations du mythe de Danaé et Jupiter

  1. Ping : Allégorie | Guide de la peinture flamande et hollandaise

  2. Caillier dit :

    Bravo Maya super article ! Clement

    J'aime

  3. Ping : The shock of the old | The Knife and me

  4. Ping : Jupiter et Danaé | Les Amours des Dieux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s